Nikki Asada est-elle addict au travail ?

Portrait de SHKareshi
Actus proposée par SHKareshi
Le mer, 13/05/2015 - 11:14
Catégories : 

Est-ce que Nikki Asada travaille trop ? C'est ce que pourraient se demander certaines personnes, quand on voit à quel point la mangaka continue à mener de front de nombreux projets… Mais finalement, n'est-ce pas pour le bonheur des ses fans ? Commençons par un rappel rapide de son actualité "manga papier". La jeune femme continue à dessiner plusieurs séries en même temps : Bienvenue au club, bien évidemment (dont le tome 10 sera disponible la semaine prochaine) et Hoshigami-kun ga douka shiteiru, pour l'éditeur Kodansha (avec un tome 2 à la couverture très vivante qui vient d'être commercialisé). Toujours pour Kodansha, dans le très tendance magazine Aria, Ôji ga watashi wo akiramenai !… Notons tout de même qu'elle vient de mettre fin à Yowatomo, son 4-koma médical.

 

Mais l'autre grosse news, c'est la création d'un second anime autour de la mangaka… Après Sound ! Euphonium, la mangaka voit en effet un autre projet auquel elle collabore… sous les feux des projecteurs : à l'occasion de la publication en volume relié de Kanagatari Kanabakari, le "journal intime" de Kana Hanazawa illustré par Nikki Asada, un adorable anime en 3D va être réalisé. On vous laisse en découvrir la bande annonce :

Rappelons enfin que Sound ! Euphonium est actuellement en cours de diffusion, en simulcast légal, sur Crunchyroll, tandis que le tome 7 de Bienvenue au club est prévu pour le mois de juin !

 

Bienvenue au club

Une cupidon ratée qui ne rêve que d'amour, une binoclarde trop studieuse, un beau gosse travesti mais hétéro, et un otaku d'anime… Voilà les drôles de membre

ASADA Nikki

Née un 19 septembre, dans la préfecture de Shimane.

Après de nombreuses années dans le milieu du fanzinat, Nikki Asada lance profesionnellement sa carrière en 2008, avec une histoire courte intitulée Hatsukoi Cheers (dans le “Monthly Princess” d'Akita Shoten).

Commentaires (3)

Portrait de Cyril

Tiens, petite question - pour Asada en particulier mais aussi pour les shôjos en général.

Pour les shônens, on sait que le rythme de parution est d'environ 16-20 pages par chapitre avec un chapitre par semaine. Il y a bien sûr des exceptions, des auteurs qui vont plus lentement, des périodiques mensuels... mais, pour le Jump ou le Sunday, pour prendre certains des exemples les plus connus, c'est ça.

Pour les shôjos, de façon générale, qu'en est-il ? Les magazines sortent-ils plutôt toutes les semaines ou tous les mois ? Avec combien de pages par chapitre ? J'ai l'impression que les chapitres de shôjo sont plus longs.

Portrait de SHKareshi

Bah, si on résume, tu as 3 rythmes de parution courant :

- Bi-mensuel : Hana to Yume et Margaret (qui sont quand même 2 gros piliers), qui ont des chapitres qui font entre 25 et 30 pages (en très gros). Dans les volumes reliés, il y a généralement 5 chapitres.

- Mensuel : Betsuhana, Princess, Betsuma, Shocomi, Flowers, Kiss (bi-mensuel il n'y a pas si longtemps), Friend, Dessert… Ca reste la grosse norme. En gros, entre 30 et 40 pages.

- Les bi-mestriel : Cookie (autrefois mensuel), Melody (autrefois mensuel), certains magazines hors-série… Les chapitres peuvent être plus épais. Mais bon, ça dépend.

De toute façon, les chapitres shôjo sont plus longs, effectivement, que ceux des magazines shônen hebdo. C'est une certitude. Après, tu prends des magazines shônen mensuels, les chapitres sont clairement plus longs (cf "Magical Girl of the End", avec des chapitres très épais, par exemple).

Portrait de Cyril

Merci pour ces précisions. Ca fait donc des chapitres plus longs mais, au final, un peu moins de pages par mois que pour les shônens paraissant dans des hebdomadaires.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

© 2017 AKATA. Tous droits réservés.