Culinaire Expo

Portrait de SHKareshi
Billet écrit par SHKareshi
Le jeu, 03/07/2014 - 00:37

Japan Expo a donc commencé aujourd'hui… mais honnêtement, je ne sais pas du tout comment ça s'est passé, pour le stand Akata. Hélas, je n'ai pas pu contacter d'autres personnes de l'équipe. Effectivement, aujourd'hui, c'était journée "tourisme" avec Nikki Asada et son éditeur ! Les mangakas ont toujours des plannings très serrés quand ils viennent en France, et Nikki Asada, bien qu'elle dessine plusieurs séries à la fois, a pris le temps de venir à la rencontrer de son lectorat français. Du coup, je me fais toujours un point d'honneur à recevoir "mes" auteurs à la perfection ! Au fil des ans, j'ai pris des réflexes et des habitudes, qui me permettent de gérer ça à la "perfection". Bon, je parle comme ça de boulot & co, mais c'est avant tout et surtout un très bon moment qu'on passe, avec des auteurs dont on apprécie profondément le travail et la générosité !

Donc, ce matin, se réveiller à 7H pour partir dès que possible vers l'aéroport. Prendre le RER, chercher la navette de l'hôtel, attendre patiemment dans le hall avec un jus d'orange et un café en révisant le planning de la journée et l'itinéraire…

Quand les journées de tourisme sont limitées, il est primordial de ne pas perdre de temps, pour bien profiter de la journée. En même temps, se speeder à aller d'un endroit à l'autre en vitesse n'a pas non plus de sens ! La clé, c'est de réussir à créer un itinéraire cohérent et qui permette d'aller d'un endroit à l'autre dans un ordre logique (en limitant les temps de transport), tout en étant flexible aux envies du moment. Évidemment, il faut préparer ça en avance, en demander les envies "incontournables" de l'auteur(e), pour prioriser le planning. Bref, aujourd'hui, en procédant de la sorte, on a pu voir (en gros) : un marché, Notre-Dame, une librairie BD, faire un tour sur la Seine, voir la Tour Eiffel, l'Arc-de-Triomphe, vaguement les Champs-Élysées tout en faisant des courses de souvenirs chez Monoprix avec un détour par la Poste. Et tout ça sans courir, et en faisant même une pause café (et en mangeant à midi, bien évidemment). Dis comme ça, ça a l'air chargé, mais on a pu marcher tranquillement, en papotant de tout et de rien ! Concrètement, après le taxi du matin, on a pris une seule fois le métro pour aller au restaurant le soir, mais tout le reste s'est fait à pied ! Ça permet en outre de voir plein de petits endroits "secrets" de Paris, qui ne sont pas toujours dans les guides touristiques.

Parlons restaurant, justement… Pour moi, l'aspect culinaire d'un voyage est toujours primordial. La cuisine reste un aspect majeur de n'importe quelle culture. Aussi, connaissant bien les Japonais, il faut savoir trouver ce qu'il y a de plus adapté. La cuisine française est réputé, mais pour un japonais, ça manque parfois de légumes, c'est souvent trop gras, et les quantités sont presque systématiquement gargantuesques (surtout en viande). Du coup, mieux vaut préparer bien à l'avance le choix des restaurants, sans nécessairement choisir les plus "chics" ou "gastronomiques" (ils ne sont pas toujours les plus appropriés). En tout cas, Nikki Asada et son éditeur n'ont pas peur de tester… Ce midi, entre le groin de cochon et les rognons, et la cuisine plus "surprise" du soir (sans menu, avec plats décidés par le chef), ils en ont eu plein les papilles !

 

En tout cas, comme à chaque fois qu'on invite un auteur, ça se passe hyper bien. J'entends parfois des histoires comme quoi machin a fait des caprices, bidule n'est vraiment pas sympathique. Pour moi, ça a toujours été une super expérience. Je ne sais pas si c'est parce qu'on choisi des livres qui sont foncièrement généreux (et dont les auteurs sont donc forcément à cette image), ou parce qu'on les reçoit bien et que le fait de parler japonais aide, mais en tout cas, jamais il n'y a eu de soucis, malgré des situations à gérer. Pour moi, de toute façon, ce moment où on peut permettre à un auteur japonais de rencontrer son lectorat français, c'est toujours "magique". Cette rencontre, c'est "l'âme même" de notre métier, dans la symbolique. Le livre va à la rencontre du lecteur, mais le lecteur va à la rencontre de l'auteur. Il y a un échange, au-delà des mots, au-delà des cultures. Bref !!! Comme toujours, Nikki Asada est un peu inquiète pour demain : y aura-t-il du monde ? Va-t-elle assurer ? Comment ça va se passer ?! Trop de questions, trop de soucis dans sa tête. Je compte sur vous pour être là, égaux à vous-mêmes et de bonne humeur !!!

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

© 2017 AKATA. Tous droits réservés.