Le club des designers

Portrait de SHKareshi
Billet écrit par SHKareshi
Le jeu, 01/05/2014 - 14:38

Hum… Je crois qu'il est grand temps que je parle des couverture de Bienvenue au club... Ah là là, trop de travail tue le travail ! Bref ! Quand on a dû commander les couvertures françaises de cette série, très vite, nous avons été confronté à une énorme problématique. Le plus simple, c'est de vous la montrer visuellement. Voici, au moment où nous avons lancé le boulot, les volumes qui étaient sortis au Japon :

  

  

Très concrètement, sur la version japonaise de Bienvenue au club, il n'y a aucune, mais alors absolument aucune, cohérence d'un tome à l'autre ! Voilà une chose particulièrement surprenante, quand on sait que justement, les mangakas, les éditeurs et les graphistes japonais sont les premiers à créer des concepts de couverture de dingue ! J'ai toujours été fasciné par le soucis du détail, dans les collections japonaises, ce besoin poussé à l'extrême d'une cohérence esthétique et/ou graphique. Très souvent, ils recherchent des concepts pour que leur série soit identifiable au premier coup d'oeil. Et là, paf ! C'est un gros bazar, à l'extrême inverse...

En fait, à y regarder de plus près, il y a en réalité un concept très fort et assez énorme : le concept des couvertures japonaises de Bienvenue au club, c'est le refus absolu de la redondance. Et la très grosse originalité, c'est que le logo de la série change radicalement... à chaque tome ?! Je trouve ça tellement audacieux ! Quand la série a été lancée au Japon, Nikki Asada n'était pas encore connue... Et pourtant, Akita Shoten a osé ! Je suis très envieux de ce pays, où les lecteurs sont suffisamment curieux, où les équipes artistiques peuvent se permettre de prendre ce genre de risque. Hélas, pour nous, ça paraissait inconcevable : 1/ Akata se relance en tant qu'éditeur indépendant dans un "marché" ultra-encombré. 2/ Il y a trop de shôjo qui sortent chaque mois. 3/ Nikki Asada n'était pas du tout connu en France, et son style graphique original pourrait surprendre. Du coup, rajouter une quatrième contrainte du genre "On va faire un logo différent à chaque tome comme ça personne ne reconnaîtra la série et les ventes dégringoleront en fonction de la couv, ça paraissait un peu trop suicidaire (sachant qu'en plus, créer un logo, ça a évidemment un coût financier). Du coup, on se retrouvait avec le défi de devoir créer un logo qui pourrait s'accorder... avec n'importe quelle illustration, mais qui aurait quand même un minimum d'identité.

Au début, nous nous sommes du coup demandé s'il ne fallait pas, carrément, changer toutes les illustrations, et récréer un concept complètement différent pour la version française. Effectivement, il existe tellement d'illustrations couleur de ce manga que nous aurions pu piocher dedans. Mais sur une série en cours, le risque, c'est qu'à un moment, nous ayons épuisé toutes les illustrations qui correspondent à notre "concept", et du coup, on risquait de se retrouver dans une impasse... Surtout qu'on n'a aucune visibilité des couvertures des tomes à venir.

Parmi les autres contraintes, nous voulions un graphisme qui ne soit pas trop marqué shôjo... En tout cas, qui ne rebuterait pas d'emblée les potentiels lecteurs masculins. Donc, pas de rose, pas d'étoile top kawaii, ce genre de choses... Sur cette base, nous avons réfléchi au contenu de la série, dont l'une des thématiques est très clairement "l'échec amoureux". D'où les deux premières pistes :

 

Deux axes s'étaient profilés : d'un côté, l'idée du "coeur brisé", de l'autre, celui du "Cupidon raté". Un peu plus avancé, ça donnait :

 

On a même essayé un mélange des deux concepts :

Mais ces tests présentaient d'emblée un gros problème : l'impossibilité des les utiliser sur certains tomes de la série (cf tome 4, par exemple), notamment à cause de leur taille, et des éléments visuels qui y sont intégrés. Le choix des polices d'écriture allait, en outre, très vite s'avérer compliquer (toujours pour l'harmonisation globale, sachant que les illustrations présentent des ambiances très différentes). De là, le constat était clair et évident : il fallait partir sur un logo plus simple, plus discret, qui laisserait parler les illustrations d'elles-mêmes (car après tout, Nikki Asada est une très bonne illustratrice, et ses visuels couleurs sont souvent magnifiques !), et qui s'adapterait plus facilement aux différentes situations sans jamais "faire tâche". On est reparti de zéro, en griffonnant sur un bout de papier, avec comme envie de mettre le mot "CLUB" surtout en avant, et de renforcer le tout par une simple pancarte discrète (cf les tests plus haut) :

Et là, une fois ce pré-test tellement basique… c'est le flash ! Vous allez peut-être vous moquer de moi mais... J'ai soudainement une image qui est venue dans ma tête. Quelque chose qui était pourtant évident, auquel j'aurais pu penser depuis le début :

Quatre lettres, un "L" en seconde position, des histoires au lycée qui parlent "d'inadaptés sociaux"... Et les visuels promo de Glee sont parfois sobres, parfois déjantés, parfois des portraits simples, parfois des photos de groupe... Évidemment, on n'allait pas reprendre exactement le même logo, la même police, mais ça donnait une orientation très nette à prendre. C'est bizarre comme parfois, on peut tourner autour du pot, passer des heures à chercher, à tâtonner en vain, à ne pas être convaincu... Et puis d'un coup, l'idée vient, comme ça. Sans explication. Dès lors, ça a été très facile, et il ne restait plus qu'à tester, puis finaliser le tout :

  

Sur les trois premiers tomes, ça fonctionnait. Le logo était sobre, simple, flexible (aussi bien en orientation qu'en couleur, qu'en taille, et éventuellement en positionnement). Il n'y avait donc plus aucune raison de ne pas foncer ! Sachant que, pour la petite histoire, le mot qui apparaîtra écrit sur la pancarte sera différent à chaque tome. "Losers", "Freaks", "Désabusés"... On va pouvoir s'amuser à trouver des qualificatifs pour chaque tome... Ça nous oblige à nous creuser les méninges, c'est drôle, et c'est comme un petit clin d'oeil à la version japonaise dont le design change à chaque fois !

En tout cas, c'est avec une vraie impatience que j'attends à chaque fois de pouvoir découvrir les couvertures des tomes suivant de Bienvenue au club... Comme l'auteure peut faire ce qu'elle veut, je suis toujours curieux ! (et un poil anxieux de savoir si on va pouvoir gérer la couv au niveau de la VF, j'avoue !). Le tome 7, sorti en janvier, ne semblait pas poser de problème, mais le pour le tome 8 (annoncé pour mi-mai au Japon, et dont l'illustration de couv vient d'être dévoilée sur le compte Twitter de Manga-news Japon), ça va être une autre histoire T_T

 

 

 

Commentaires (2)

Portrait de adil

C'est vrai qu'en regardant rapidement les couvertures originales, on a l'impression de voir une nouvelle série à chaque fois, ou presque.
Bravo pour le logo fr, simple mais efficace comme on dit. Il rend super bien sur les 3 premiers tomes. Bon courage pour les suivants, mais perso, j'aime beaucoup!

Portrait de SHKareshi

Merci, ça fait plaisir ! C'est toujours toute une histoire, de faire les couvertures françaises. Et entre le moment où on a décidé le design, et celui où le livre sort en librairie, il y a toujours cette phase de doute/angoisse de savoir si on ne s'est pas complètement planté ! En tout cas, pour les tomes suivants, ça ne devrait pas poser de problème !

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

© 2017 AKATA. Tous droits réservés.