Les derniers commentaires de

Portrait de salut

<h1>salut</h1>

Portrait de Fleur

Sans surprise, j'ai à nouveau eu un coup de cœur pour cette série que ce tome 3 confirme dans ses qualités. Difficile de continuer à donner son avis en détail sans rien spoiler, mais il est évident que Rie Aruga a fait ses devoirs et n'épargne pas les personnages.

C'est ce qui fait la force de ce manga, le réalisme sans tabou qui nous met face à ce que la situation de Itsuki a de moins glamour, tout simplement parce que la maladie n'a rien de glamour. Là où d'autres histoires tentent d'utiliser ce type de situation pour servir la romance, ici c'est tout le contraire qui se produit.

Non seulement la relation de Kawana et Itsuki est complexe à cause du handicap de Itsuki, mais elle est placée de façon à ce qu'il nous est impossible de ne pas faire preuve d'une grande empathie envers eux. Les personnages secondaires viennent ajouter des réflexions à celles que le scénario apportait déjà et c'est impossible, à mon sens, de ressortir indemne de cette lecture.

La fin de ce tome 3 nous donne envie de nous précipiter sur le tome suivant ! Je m'interroge sur la façon dont la vie va encore frapper nos héros et surtout, la manière dont ils vont tout surmonter. Car je ne vois pas d'autre issue pour eux que de tout encaisser, même s'ils en souffrent. Que d'émotions à la lecture de cette série... et pourtant, on ne tombe jamais, vraiment jamais, dans le pathos. Sûrement la plus belle qualité de l'écriture de Rie Aruga, en plus de ses dessins, bien entendu !

Portrait de Dayon

J'ai lu peut de manga mais celui la est vraiment incroyable, c'était sans peine que je l'ai relu une deuxième fois :) Je recommande

Portrait de XEvilBestaceda

Can admin or moderator find for me working XEvil software?
It is best captchas solver, including Google ReCaptcha.

Im so need it for my marketplace!
Already got key for XEvil:
3O1AllSstu5ZyPriRw_aceda

But dont understand, how to use it.
Thank for everybody, and sorry for my english!

PM me if you know anything, I can pay.

Portrait de herve

Bonjour,

Je suis un particulier retraité qui offre des prêts à toutes personnes dans le besoin. Alors vous avez besoin d'un financement pour votre maison, pour vos affaires, pour l'achat de voiture, pour l'achat de moto, pour la création de vos propres entreprise, pour vos besoins personnels plus de doute. J'octroie des crédits personnels allant de 5.000 € à 50.000.000€ avec un taux d'intérêt nominal de 3% quel que soit le montant. Veuillez préciser dans vos demandes de prêt le montant exact que vous souhaiteriez et sa durée de remboursement.
Pour avoir plus d'exemple contacter nous sur cette adresse email : hervemartinuzzi035@gmail.com

Cordialement

Portrait de MichaelWrapy

Привет! прикольный у вас сайт!
Нашел прикольную базу кино: <a href=http://kinokub.net/>смотреть мультфильм гадкий онлайн бесплатно в хорошем</a>
Здесь: Смотреть лучшие отечественные фильмы http://kinokub.net/otechestvennyy/ список 2019
Тут: новинки кино 2019 смотреть бесплатно в хорошем http://kinokub.net/novinki/ список 2018
Тут: фильмы приключения бесплатно в хорошем качестве http://kinokub.net/priklyucheniya/ список 2019
Здесь: http://kinokub.net/4295-martin-friman-sygraet-v-seriale-pro-nemeckogo-gestapovca.html <b> Мартин Фриман сыграет в сериале про немецкого гестаповца </b>
Здесь: http://kinokub.net/6063-ischeznovenie-eleanor-rigbi-on-the-disappearance-of-eleanor-rigby-him-2013.html

Portrait de Fleur

Le titre de ce manga était suffisant pour me donner envie de m’y intéresser. Moi qui achète souvent des livres sans lire le résumé, je n’ai pas été déçue d’avoir suivi mon instinct. Oui, d’accord : mon instinct mais aussi l’avis de plusieurs blogueuses que je suis et qui ont les mêmes goûts que moi en matière de manga. Mais c’était plus accrocheur de parler de mon instinct…

Sur la quatrième de couverture que j’ai découverte après coup, on peut lire comme thèmes abordés : Comédie / Asexualité / Féminisme. Si j’y avais jeté un coup d’œil avant, ça m’aurait confortée dans mon choix.

Futuba, dite Fufu, est une mangaka de 32 ans pour qui le sentiment amoureux n’est qu’une légende qu’elle n’a jamais expérimentée et qui ne l’intéresse tout simplement pas. Pourtant, elle écrit le manga le plus populaire du moment, adapté en animé, et qui lui, bien sûr, est une romance.

J’ai tout de suite été touchée par la véhémence des convictions de cette héroïne qui force immédiatement le respect. Elle est authentique et avoue sans honte n’être absolument pas concernée par ces histoires d’amour qui lui passent largement au-dessus. Elle affirme ses choix, les défend avec des arguments bien solides et le tout donne un manga atypique qui sort des sentiers battus et qui soulève des problématiques actuelles importantes.

En plus de l’asexualité, on y parle transgenre, entre autre, et engagement dans la société qui impose ses codes parfois de façon oppressante.

On découvre également un point de vue particulièrement intéressant sur les contraintes imposées aux auteurs. Fufu aimerait pouvoir affirmer ses valeurs dans ses mangas, mais ça ne se vend pas assez, alors on lui demande d’écrire ce qui cartonne. C’est malheureusement le système éditorial de façon générale qui est représenté là et ça pousse à réfléchir.

J’ai beaucoup aimé les pensées de l’héroïne qui tournent souvent au scénario catastrophe. Sa tendance à paniquer est hilarante et ajoute une touche de légèreté à un manga qui pourrait sinon être un peu lourd de part les thèmes abordés. Mais non, tout ce goupille parfaitement !

Si vous vous sentez concernés d’une façon ou d’une autre par le sujet traité, foncez, c’est une petite pépite, un ovni dont j’ai hâte de me procurer le tome 2 !

Portrait de Fleur

Ce second tome confirme le coup de cœur du premier, c’est possible d’avoir plus qu’un coup de cœur pour une histoire ? Un coup de foudre ? En tout cas, c’est ce que j’ai ressenti en lisant la suite de l’histoire de Tsugumi et Ayukawa.

Dans cette suite, les difficultés sont omniprésentes et pourtant, à aucun moment je ne me suis dit que c’était trop. Nous ne sommes pas du tout dans la surenchère de drama. Avec le sujet traité, ce n’est malheureusement pas nécessaire puisque la situation de Tsugumi suffit à compliquer ce qui serait simple et normal pour les autres.

Ayukawa réalise que sa volonté ne suffira pas à porter leur relation et malgré l’investissement de Tsugumi, il arrive au même constat. Entre les éléments extérieurs qui viennent s’ajouter aux obstacles de leur quotidien, on les observe lutter et ça m’a tellement mais tellement fendu le cœur !

Beaucoup d’émotions et d’intensité générale dans ce tome 2 qui poursuit sur sa lancée de l’hyper-réalisme. Pas de tabous, pas de non-dits, si vous voulez des paillettes et des licornes, passez votre chemin. Ici, on affronte la réalité avec toutes ses vérités, y compris les plus moches, et on n’a pas d’œillères. Si une relation est compliquée à maintenir à flots, celle des personnages principaux de Perfect World l’est d’autant plus.

Où est mon tome 3 que je me jette dessus !

Portrait de Fleur

Sur le communiqué de presse, ce manga est présenté comme une romance moderne où la femme a un rôle à part entière et ne sert pas juste de potiche. Il est évident que Sayo est une femme qui s’assume, carriériste et sûre d’elle dans son travail. Elle ressent juste ce manque dans sa vie qui pourrait être comblé par un homme. Sa vie privée n’est pas aussi florissante que sa vie professionnelle et c’est là que Kiriyama entre en scène.

Il s’agit vraiment d’un manga érotique, je préfère le préciser. Car si on ne tombe à aucun moment dans le pornographique, parfois la suggestion peut être tout aussi parlante. Et des scènes érotiques, il y en a beaucoup. Le parallèle peut totalement se faire avec une romance new adult, sauf qu’au lieu de lire la description, on a ce qui se passe sous les yeux. Tout en sensualité, il n’y a cependant pas de passage agressif ou cru.

Les dessins ne sont pas sans rappeler, à mon sens, le trait de Ai Yazawa. Les mains longues et effilées, les personnages minces presque filiformes, les expressions du visage… Étant une grande fan de cette mangaka, j’ai immédiatement adhéré au style de Mai Nishikata. La répartition des cases est très dynamique aussi et rend la lecture très fluide.

Il m’a peut-être manqué plus d’histoire. C’est au final assez contemplatif à plusieurs moments, mais nous sommes dans un tome d’introduction donc ça peut s’expliquer comme cela. Ce sera donc à confirmer ou non dans le tome 2. Mais pour celui-ci, on met bien en place l’histoire et il ne faut pas se leurrer : nous sommes résolument sur un sujet érotique puisque, pour l’instant en tout cas, le sexe est au centre de la relation Sayo/Kiriyama.

J’ai passé un moment agréable, je m’attendais peut-être à ce que l’aspect féministe soit plus mis en avant, j’espère que ce sera le cas dans la suite. J’aimerais qu’on nous prouve que la femme n’est pas esclave de ses sens, ça serait rafraîchissant. Sayo a le bon caractère pour ça, tout en étant sensible, elle est un bel exemple de femme qui tente de se faire sa place dans un milieu d’homme régit par un patriarcat pourrissant… à suivre, donc !

Portrait de Fleur

Mon avis sur le tome 1 se confirme à la lecture du deuxième. Nous restons ici beaucoup dans le contemplatif, mais c’est l’ambiance générale voulue et même si ça procure un rythme assez lent, on s’y habitue. On prend le temps de regarder les dessins en détail et pour moi, ils sont le véritable point fort de cette série.

Car au niveau de l’histoire, le fil se déroule sans hâte, respectant l’évolution naturelle de la relation entre Sayo et Kiriyama. Évolution que je trouve peut-être un peu longue à certains moments, mais qui, à d’autres, me permet d’apprécier l’esthétique de ce manga qui me séduit particulièrement.

Sayo se pose beaucoup de questions sur la sincérité de Kiriyama, tout en gardant en mémoire que leurs interactions sont avant tout charnelles. Sans surprise pour le lecteur, car on le voit venir depuis leur rencontre, son intérêt pour Sayo semble bien plus complexe qu’une simple histoire de coucherie. Ses attentions et petits gestes a priori anodins envers sa supérieure hiérarchique sont loin de se réduire à ceux d’un amant.

J’espère que dans le tome suivant, Sayo va laisser tomber ses barrières, au moins un peu, car elle tourne beaucoup en rond dans ses réflexions dans ce tome et si je comprends ses insécurités et ses interrogations qui sont légitimes, j’ai quand même envie de lui dire de se bouger.

Concernant la relation, elle n’est jamais intrusive et on sent le respect voulu pour la condition des femmes, le sujet du consentement et même le harcèlement au travail. Sayo est une femme qui fait passer sa carrière avant tout le reste et fixe des limites à ne pas dépasser que Kiriyama semble respecter. Même si je sens que c’est elle qui finira par l’inviter, explicitement ou non, à les franchir… Espérons que ça aille dans ce sens car si le ton changeait à ce niveau, ce serait une grosse déception.

Ça avance tout doucement, mais ça avance. Les scènes érotiques sont nombreuses et jamais vulgaires. Tout le talent de Nishikata réside dans la suggestion et la sensualité.

Pages

© 2017 AKATA. Tous droits réservés.